Si loin et toujours si près... [Libre]

    Partagez
    avatar
    Assiout d'Abidos Râ-Akhty
    Demi-dieu

    Messages : 30
    Date d'inscription : 10/12/2010
    Age : 28
    Localisation : Temple d'Anubis

    Papyrus
    Métier: Guerrier(ère)
    Niveau:
    3/20  (3/20)
    Magie:
    1/15  (1/15)

    Si loin et toujours si près... [Libre]

    Message par Assiout d'Abidos Râ-Akhty le Dim 21 Aoû - 21:26

    ............La fuite du temple cacher d'Anubis avait été un périple des plus ardu que Assiout eut bien du mal à accomplir malgré une détermination sans faille. Parcourant les déserts de sable ou de bois, il lui était impossible de s'arrêter au risque d'y perdre la vie par une multitude de possibilité... Assiout se servait de la lance d'Anubis comme d'un bâton pour s'appuyer et continuer d'avancer tant bien que mal. Le décors du désert de sable était extrêmement répétitif: des dunes de sable sous un ciel sombre sous la lumière des étoiles... Il était d'ailleurs frais vu que le dieu soleil n'est plus. Assiout était arrivé dans une forêt, la température avait radicalement changer. Quand bien même la nuit était fraiche, sous les arbres et avec l'humidité du bois elle était d'avantage basse. Les bois aussi étaient répétitif... Entre les arbres et les buissons voir part-ci part-là quelques rochers, il était surement aussi facile de s'y perdre que dans le désert. Assiout s'était vêtu de son vêtement d'apôtre de Râ et était donc recouvert de blanc et de dorure. La forêt ne donnait pas plus de facilité de déplacement que le désert... Les deux étaient comparable. Dans l'un, le sable ralenti et fatigue sans compter le danger constant des scorpions et autres alors que dans l'autre, les bois donnent sur un sillage en relief avec de la végétation de tous type. Ce n'était pas la première fois qu'Assiout allait dans une forêt mais c'est connaissance était assez restreinte. La chose qui trottait dans la tête du vassal était de trouver le Nil et de s'y lavé. Manger n'était pas trop un problème mais les soins du corps l'était. Parcourant le labyrinthe forestier, il repense encore et encore à toute les personnes qu'il a laissé derrière lui. Il était bien loin maintenant mais pourtant, il s'y sentait encore si près... Un passé qu'il sait bien, trop dur de nier.


    __________________________________________________
    .. "I am the bone of my soul, even Anubis can't pass through my mind!"
    .. "Come to me Undead Knights, legion of Anubis!"

    .
    avatar
    Akhtai

    Messages : 18
    Date d'inscription : 22/12/2010
    Age : 27

    Re: Si loin et toujours si près... [Libre]

    Message par Akhtai le Lun 22 Aoû - 23:03

    Akhtai s'était réveillée en sursaut. Une fois de plus, au beau milieu de la nuit. Depuis sa rencontre avec Pached rien n'allait. Et les révélations de son oncle au sujet de sa famille n'avaient rien arrangé. La jeune fille ne savait pas ce qui était le pire. La culpabilité qui lui tenaillait l'estomac et serrait la gorge ? Ou la colère due au fait qu'on lui ait caché tant de choses ? Elle ne savait plus à qui se fier. La confiance qu'elle pensait inébranlable accordée à sa famille s'effritait. On lui avait mentit sur tout. Sur la véritable nature de ses parents, donc sur ses propres origines, sur la mort de son frère... Et même le pourquoi de l'assassinat des siens revêtait une nouvelle dimension. Plus aucune certitude. Rien à quoi s'accrocher.
    Une guerre se livrait dans sa tête. Non plus celle de l'Oublie face à la Vengeance. Mais plutôt une lutte vicieuse entre le besoin de vérité absolue et la crainte de nouvelles révélations.

    Incapable de s'imposer un choix et de s'y tenir, elle envoya valser sa couverture et s'habilla en toute hâte. Elle enfila ses chaussures les plus solides et revêtit en dernier sa fine lame dissimulée dans un fourreau tressé à l'allure inoffensive. Enfin elle prit son bâton et sauta par sa fenêtre. Elle atterrit sans bruit dans la rue et en arpenta les voix quelques temps. Elle interrogea les passants nocturnes, des mendiants endormis pour tenter de localiser son ancien ami. Mais de toute évidence il n'était que de passage et personne ne savait où il dormait ni même s'il était encore en ville. Parfait ! Elle avait sa réponse : puisqu'elle ne pouvait pas trouver de réponses pour l'heure, elle pouvait se laisser aller sans remord à la solitude.
    Pas après pas elle s’éloigna de la ville, toujours plus loin sans un regard en arrière. La nuit fraîche devint glaciale quand elle pénétra dans la forêt quelques heures plus tard. Elle frémit du changement soudain de température mais s’enfonça plus profondément, à l’abri des branches et des feuilles verdoyantes, loin des regards du monde. Seule. Comme elle l’aimait… Elle savoura l’air frais de la nuit, offrit son visage à la faible clarté des étoiles qui transparaissait à travers le rideau verdoyant de la forêt et inspira goulument une bouffée d’air humide délicieusement aromatisée. Elle adorait cet endroit et en avait fait son lieu de prédilection en cas de coup dur comme celui-ci. Un endroit où elle pouvait se vider l’esprit, oublier tout soucis pour ne faire plus qu’un avec la nature. Tout la rassurait. L’obscurité, les bruits d’une vie grouillante à ses pieds, le vent agitant les branches… Elle ferma les yeux, laissant son ouïe devenir son sens principal et s’adossa à un tronc d’arbre.
    Akhtai resta un long moment ainsi, immobile. Elle manqua même de se rendormir quand un bruit étranger la tira de sa tranquillité. Instinctivement elle raffermit la prise de ses doigts sur son bâton et écouta plus attentivement. Des pas. Un bruit de canne ou autre qui frappe le sol régulièrement. Sentant les battements de son cœur s’affoler, Akhtai se força au calme. Certes, l’entraînement qu’elle avait reçu lui assurait une certaine sécurité. Pour un petit moment. Contre un individu lambda. Elle ne savait rien de celui qui allait apparaître et l’angoisse se fit plus forte. Les pas se rapprochaient. Peut-être que si elle restait parfaitement immobile… Non. Les étoiles dispensaient une clarté suffisante pour qu’on la remarque, et fuir démontrerait de mauvaises intentions. Quoi qu’elle fasse, la rencontre était de toute façon inéluctable.
    Elle préféra prendre les devants, serrant son bâton pour se donner du courage. D’un ton clair qu’elle espérait assuré sans être agressif elle lança :


    - Bonsoir voyageur ! Navrée d'interrompre ta ballade nocturne mais j'ai entendu tes pas et...

    Et rien. Absolument rien, Akhtai n'avait pas préparé de suite à sa phrase et elle pria intérieurement pour que l'arrivant ne soit pas un assassin qui l’abattrait sur ses dernières piètres paroles.
    avatar
    Assiout d'Abidos Râ-Akhty
    Demi-dieu

    Messages : 30
    Date d'inscription : 10/12/2010
    Age : 28
    Localisation : Temple d'Anubis

    Papyrus
    Métier: Guerrier(ère)
    Niveau:
    3/20  (3/20)
    Magie:
    1/15  (1/15)

    Re: Si loin et toujours si près... [Libre]

    Message par Assiout d'Abidos Râ-Akhty le Mar 23 Aoû - 12:14

    ........Le jeune Assiout traversait, de part les sillages des autres voyageurs le bois avec pour seul lumière la lune et les étoiles entre la différente végétation luxuriante. Sur sa route, il fut tous de même obliger d'utiliser la lance d'Anubis pour se frayer un chemin que la nature allait de nouveau rapidement obstruer au cours de la semaine. Le serviteur de Râ arriva dans une zone de la forêt où le sol était plus plat et était recouvert d'une belle fourrure végétale brassée par une douce brise. Devant lui se tenait une femme brandissant un bâton. Par pur réflexe, Assiout sert dans sa main la lance...

    > Bonsoir voyageur ! Navrée d'interrompre ta ballade nocturne mais j'ai entendu tes pas et...

    ........Contrairement à la nuit, son message avait le mérite d'être clairement dit, et avec aucune pointe d'agressivité. Mais, pour une raison qu'il ne connaissait pas elle ne l'avait pas finis. Comme si les mots ne voulaient plus sortir de la bouche de cette femme. Assiout n'avait pas envie de se battre et la femme ne semblait pas en avoir envie non plus. Il pouvait baisser sa garde, armé d'un bâton il avait le temps de retourner la situation avec la lance.

    > Et? Bonsoir. Un minimum de présentation si cela ne te dérange pas. Je suis Ass... Râ-Akhty, serviteur de Râ. Je ne me ballade pas et je ne cherche nul confrontation pour le moment. Juste à atteindre le Nil déjà... Il marque alors une petite pause. Et donc?

    ........Suite à cela, Assiout abaisse ça lance et fait de tel sort pour que la femme ne puisse lire les gravures et reliefs de nécromancie sur la lance létale. Il regarde brièvement de gauche à droite au cas où se serait une embuscade des apôtres du temple pour le ramener... Quoi que, il en doute. Sortir du temple pour eux était comme se donner la mort... Il espère ne pas mal placer la confiance qu'il donne à cette femme et ne pas se retrouver dans une situation des plus délicate.


    __________________________________________________
    .. "I am the bone of my soul, even Anubis can't pass through my mind!"
    .. "Come to me Undead Knights, legion of Anubis!"

    .
    avatar
    Akhtai

    Messages : 18
    Date d'inscription : 22/12/2010
    Age : 27

    Re: Si loin et toujours si près... [Libre]

    Message par Akhtai le Mar 23 Aoû - 13:03

    > Et? Bonsoir. Un minimum de présentation
    si cela ne te dérange pas. Je suis Ass... Râ-Akhty, serviteur de Râ. Je
    ne me ballade pas et je ne cherche nul confrontation pour le moment.
    Juste à atteindre le Nil déjà...
    Il marque alors une petite pause. Et donc?

    Akhtai se mordit l'intérieur de la joue pour ne pas rougir, gênée de son fiasco verbal. En plus elle ne savait pas si l'étranger la reprenait par agacement, moquerie, ou simple trait d'humour. La bonne nouvelle résidait principalement dans le fait qu'il affirme ne pas chercher la confrontation, et surtout qu'il le prouve en baissant sa garde. La jeune femme en fut soulagée. Elle qui était sur le point de céder au sommeil quelques instants auparavant s'était prit une sacrée décharge d'adrénaline. Laquelle affinait ses réflexes mais embrumait ses pensées.
    Elle prit le temps d'observer l'individu. Ce... " Râ-Akhty". Elle plissa les yeux pour mieux détailler son visage aux traits fins, à la longue chevelure noir... et aux yeux rouges. Cette particularité la troubla quelque peu mais, parfaitement polie, Akhtai ne s'en formalisa pas et s'empressa de décontracter ses doigts autour de son bâton, le plaçant à son côté plutôt que devant elle. Attitude qui ne laissait nul doute sur ses intentions : elle non plus ne cherchait pas la confrontation. Elle attacha toutefois de l’importance aux faits et gestes de Râ-Akhty, notant ses regards alertes et son geste pour dissimuler de sa lance.
    Un autre problème survint. Son rang de serviteur de Râ. Elle n'avait strictement aucune idée des convenances adéquates. Une révérence ? une certaine appellation ? Peut-être n'avait-t-elle même pas le droit de le fixer comme elle avait l'habitude de le faire avec tout le monde ?

    Encore une fois trop de réflexions, d'éléments en prendre en considération, trop de décisions possibles. Elle était venue ici pour se détendre que diantre ! Tout comme elle avait envoyé valser ses couvertures un peu plus tôt, elle se débarrassa de ses doutes d'un petit mouvement sec de la main. Elle retrouva le sourire juvénile qui la caractérisait et ficha son regard dans celui de l'inconnu, s'adressant à lui avec franchise et jouant à le reprendre comme il l'avait reprise. Aucune place à l'hésitation cette fois, elle avait retrouvé contenance :


    - Et donc "Ass... Râ-Akhty", c'est à mon tour de me présenter. Pardonne moi si je ne l'ais pas fait plus tôt mais à vrai dire tu as troublé mon sommeil ! Je m'appelle Akhtai.

    Elle le salua d'un signe de tête sans rompre le contacte visuel. Politesse, évidemment. Naïveté, sûrement pas. On n'offre pas sa nuque aux gens armés.

    - Tu cherches le Nil ? Il te reste quelques heures de marche, j'en viens puisqu'il n'est guère loin de mon village. Je peux t'y mener si tu veux...

    Poussée par son besoin irrépressible d'aider les gens elle s'était proposée sans hésitation. La prochaine étape consister à définir s'il était blessé, mais pour l'heure elle craignait de lui poser la question de peur qu'il n’interprète mal ses propos.
    avatar
    Assiout d'Abidos Râ-Akhty
    Demi-dieu

    Messages : 30
    Date d'inscription : 10/12/2010
    Age : 28
    Localisation : Temple d'Anubis

    Papyrus
    Métier: Guerrier(ère)
    Niveau:
    3/20  (3/20)
    Magie:
    1/15  (1/15)

    Re: Si loin et toujours si près... [Libre]

    Message par Assiout d'Abidos Râ-Akhty le Mar 23 Aoû - 21:10

    ........Il semble que la jeune femme fut troublé mais cela ne dura qu'un temps avant qu'elle n'observe plus attentivement Assiout. Elle plissait les yeux comme pour gravé le visage du vassal... Certes Assiout n'avait pas l'habitude d'un tel comportement mais il était satisfait, pour lui c'était un signe qu'elle ne le connaissait pas et qu'il n'avait pas à avoir de suspicion sur un éventuel lien avec le temple... La jeune femme lâcha prise sur son bâton, rassuré Assiout la regarda également avec plus d'attention et remarqua la dorure de ses cheveux et la belle armure fine. Pour une femme avec un bâton, son armure faisait d'avantage guerrier que mage. Mais il n'était pas là pour la critiqué loin de là. Tous comme lui, elle montre clairement qu'elle ne souhaite pas l'affronter non plus. Remarque, Assiout n'aurait pas fait de distinction avec quelqu'un d'autre... Lorsque l'on doit défendre un temple et ses secrets, homme, femme ou enfant ils sont à éliminer. Il nota le léger mouvement de main comme si elle se débarrassait de penser encombrante avant de prendre un sourire qui la rajeunie. Elle plongea son regard dans celui d'Assiout et reprit la conversation avec beaucoup plus de confiance.

    > Et donc "Ass... Râ-Akhty", c'est à mon tour de me présenter. Pardonne moi si je ne l'ais pas fait plus tôt mais à vrai dire tu as troublé mon sommeil ! Je m'appelle Akhtai.

    ........Elle avait remarqué qu'il c'était légèrement trompé? Peut-être... Mais elle ne revient pas dessus alors il laisse tomber. Alors comme ça elle s'appelait Akhtai? Son nom ressemble un peu au sien à quelques choses près... Il fut salué par Akhtai d'un signe simple de la tête sans détourné le regard. Elle avait bien raison, lui-même n'aurait pas fait plus!

    > Tu cherches le Nil ? Il te reste quelques heures de marche, j'en viens puisqu'il n'est guère loin de mon village. Je peux t'y mener si tu veux...

    ........Comme quoi, bonne nouvelle! Il allait pouvoir se laver d'ici quelques heures! C'est déjà ça! Assiout sourie de l'information qu'elle lui avait donné et s'approche de quelques pas.

    > Se serait avec plaisir si mademoiselle m'accompagnait jusqu'au Nil, mais n'y venez-vous pas? Se serais un détour pour vous, non?

    ........Il parlait avec un peu plus d'égard mais Assiout était ainsi. Il ne voulait pas que l'on lui parle avec se genre d'égard mais lui il s'y sentait obligé... Sa s'explique pas! Il décide de se poser contre un arbre en plantant précautionneusement la lance près de lui. Il devait se reposer car il était un peu fatigué, et comme elle lui avait dit il avait encore quelques heures de marche!

    > Si cela ne te dérange pas, j'aimerai me reposer un peu avant.

    ........Il regarde le ciel et son obscurité devenu éternel. Quand bien même les astres l'illumine doucement, le soleil n'est plus... Étrange que la première question qu'y lui a été poser ne fut pas pourquoi il est "encore" le serviteur d'un dieu vaincu... Remarque, l'adoration n'a pas toujours de raison...


    __________________________________________________
    .. "I am the bone of my soul, even Anubis can't pass through my mind!"
    .. "Come to me Undead Knights, legion of Anubis!"

    .
    avatar
    Akhtai

    Messages : 18
    Date d'inscription : 22/12/2010
    Age : 27

    Re: Si loin et toujours si près... [Libre]

    Message par Akhtai le Jeu 25 Aoû - 17:32

    > Se serait avec plaisir si mademoiselle m'accompagnait jusqu'au Nil, mais n'y venez-vous pas? Se serais un détour pour vous, non?

    Akhtai haussa les épaules.


    - En fait non. Je dois rentrer chez moi de toute façon alors ça ne me dérange absolument pas.

    Il s'adossa à un arbre et planta sa lance à côté de lui. Il avait l'air exténué et la jeune femme se demanda s'il était blessé. Si c'était le cas il s'en cachait bien.

    > Si cela ne te dérange pas, j'aimerai me reposer un peu avant.

    Akhtai acquiesça, comprenant son besoin de dormir. Elle même avait failli sombrer un peu plus tôt avant que le serviteur de Râ ne la surprenne.

    - Bien sûre, dors, je serais dans le coin à ton réveil...


    Elle laissa Râ-Akhty se reposer et partit faire un tour dans les environs afin de s'assurer qu'il n'y avait pas de danger. tout en marchant aussi silencieusement que possible, elle pensa à ce qui avait bien pu conduire un serviteur de Râ dans la forêt. Il était peut-être partisan des Lueurs d'Espoirs ? Comme ses parents... et ils étaient morts, bien que d'après ses récentes découvert ce ne fut peut-être pas cela la cause de leur assassinat. Quoi qu'il soit elle trouvait cela étrange. Mais pas autant que le fait qu'il ait les yeux rouges. Voilà, ça c'était vraiment bizarre ! elle n'avait jamais vu des yeux de cette couleur et à vrai dire elle aurait peut-être préférée ne jamais en voir. Ils avaient quelque chose de non humain. D'animal. Elle frémit à cette pensée, n'étant pas friande des histoires de métamorphoses ou de métissage malsain... Elle en était là de ses réflexions quand elle dût retenir un fou rire. Métamorphose ? Métissage malsain ? Elle pouvait parler ! Fille d'Elémentalistes, capable de guérir les blessures, et sans doute élémentaliste elle-même, c'était se foutre de sa propre tête que de critiquer un pauvre individu à cause de ses yeux ! Elle plaqua sa main contre son nez et sa bouche pour ne pas risquer de faire du bruit et ne la retira que quand elle fut certaine de garder son sérieux. Tant d'humains avaient subit des changements depuis l'affrontement... la magie se répandait sur les terres d’Égypte et elle avait entendu certaines légendes qui proclamaient l'existence de nouvelles races avide de mal.

    Un frisson glacé la parcouru.


    * Par tous les dieux ! faites que je ne sois pas tombée sur une de ces créatures ! *
    avatar
    Assiout d'Abidos Râ-Akhty
    Demi-dieu

    Messages : 30
    Date d'inscription : 10/12/2010
    Age : 28
    Localisation : Temple d'Anubis

    Papyrus
    Métier: Guerrier(ère)
    Niveau:
    3/20  (3/20)
    Magie:
    1/15  (1/15)

    Re: Si loin et toujours si près... [Libre]

    Message par Assiout d'Abidos Râ-Akhty le Ven 26 Aoû - 23:34

    ........Temps mieux pour Assiout, Akhtai doit apparemment rentré chez elle. Suite à cette information, Assiout ferme les yeux pour se reposer un moment. S'assoir après une longue marche n'était pas instantanément reposant, c'était même un peu douloureux au début. Il entend alors la jeune femme s'éloigner. La laissant faire sans broncher, Assiout fait le vide dans son esprit pour profiter au mieux de se moment de repos. Il entend quelques fois les pas de la jeune femme pourtant discret sur certain élément naturel. Le serviteur de Râ se laisse prendre malgré quelques résistances, au sommeil...

    ........Des volutes de nuage embrume la vision d'Assiout avant de laisser place sur une vision aérienne du désert de sable et de ses incalculables nombreuses dunes formant ici comme des vagues sur un océan doré obscure. Se fut ensuite comme si il avançait de plus en plus vite avant de ne s'arrêter brusquement devant un temple. Non pas un temple lambda mais LE temple caché d'Anubis. Là où avait été élevé le serviteur de Râ. La vision d'Assiout redescend à sa hauteur réel, il se serait bien enfuit mais il ne se contrôlait pas. Il s'apprête à entrer dans le temple qu'un homme mi-chacal vêtu d'une robe légère et fine qui semblait divine, se présente devant lui. Il n'y avait aucun doute: c'était Anubis. Il lui semblait qu'Anubis lui parlait et qu'il lui disait qu'il devait le tester... Savoir s'il méritait d'être libre provisoirement. Assiout pense fortement qu'il détient la lance. Qu'il détient la "Realm of Anubis" mais il est en proie au doute lorsqu'il la voit dans les mains d'Anubis... Le serviteur de Râ recule d'un pas alors qu'Anubis utilise la lance pour envoyé une spirale venteuse sombre. Tentant de s'en protéger avec ses avant bras et en fermant les yeux, Assiout se rend compte que rien ne l'avait affecté. Il les ouvre alors doucement pour voir une douce lumière émané du ciel et l'un des rayons de lumière descendre vers lui et laisser apparaître une lance sacrée. Anubis se transforme en une immense bête sombre à tête de chacal et ranime les morts. Sans plus attendre, Assiout saisi la lance de Lumière.

    > Je ne suis plus ton vassal! Je suis Râ-Akhty!


    ........C'est un univers qu'Assiout contrôle, c'est un rêve... Tant que l'on n'y pense pas, on y est soumis. Mais du moment que l'on s'y rend compte, on le contrôle mais le rêve s'évanoui dans le réveil... Assiout place ça lance à l'horizontale, la fait tourné doucement sur un axe et un sceau apparait autour de lui. Puis une chimère s'extrait de la réalité pour rejoindre le rêve. La réalité et le rêve ne peuvent faire qu'un et les yeux du serviteur de Râ s'ouvre aussi brusquement que s'il venait de se faire piqué par un scorpion. Il était toujours dans le bois et comme elle l'avait promis, elle était là. Là? Non, Assiout ne la voyait pas... Pour une raison inconnu il savait que les évènements allaient mal tourner... Il saisi sa lance et s'avance dans une direction qui semble irréfléchi et pourtant, il est sur que c'est la bonne.


    __________________________________________________
    .. "I am the bone of my soul, even Anubis can't pass through my mind!"
    .. "Come to me Undead Knights, legion of Anubis!"

    .
    avatar
    Akhtai

    Messages : 18
    Date d'inscription : 22/12/2010
    Age : 27

    Re: Si loin et toujours si près... [Libre]

    Message par Akhtai le Lun 5 Sep - 16:15

    Après s'être perdue dans de réjouissantes élucubrations imaginaires où des créatures sorties tout droit de l'enfer apparaissaient au cœur de la nuit pour la dépecer, Akhtai continua sa ronde avec bien moins d'entrain qu'au départ. Et bien sûre il n'était plus question de rire... Le moindre frémissement dans les fourrées lui déclenchait un sursaut. Ridicule. Elle n'avait jamais craint la nuit, et sans cette stupide imagination elle ne serait sûrement pas dans cet état, les nerfs à fleur de peau. Elle se maudit intérieurement de s'être fait peur toute seule, poussant l'adrénaline à aiguiser ses sens, rendant hostile la plus infime brise...
    Brise porteuse d'une fragrance différente de la forêt à l'entoure.
    Elle crût d'abord que Râ-Akhty s'était réveillé et qu'il l'avait rejoint. Sauf qu'à moins qu'il lui ait poussé trois pairs de pieds supplémentaires, il n'aurait pas fait vibrer la terre de la sorte. C'était étrange comme sensation mais il arrivait qu'elle perçoive certaines informations dans le sol ou l'air, sans qu'elle cherche à comprendre comment... Akhtai cessa de respirer, l'oreille aux aguets. Elle percevait des voix au loin qui s'approchaient ainsi que des branches que l'ont pousse, des feuilles que soulèvent des pas... oui elle pouvait confirmer : quatre hommes approchaient.


    * Il faudra m'expliquer comment une forêt habituellement déserte se retrouve soudain envahie par une horde d'individus ! *

    Akhtai se replia derrière un buisson, tentant de se rendre invisible. Peut-être ne feraient-t-ils que passer ? Mais non. Dès qu'ils arrivèrent à sa portée elle les entendit distinctement chuchoter entre eux. Il était clair d'après leurs dires qu'ils recherchaient quelqu'un... elle songea immédiatement à Râ-Akhty et s'en voulut de lui avoir proposé son aide autant qu'aux dieux de l'avoir d'ôté de cet irrépressible sens de la compassion. Voilà qu'elle se retrouvait coincée entre un potentiel fugitif et ses poursuivants. Une sale nuit en somme...
    Les trois hommes s'éloignèrent un peu et Akhtai respira plus librement, s'autorisant même un petit coup d’œil entre les feuillages. Des religieux de toutes évidences... elle plissa les yeux pour identifier les signes définissant leur allégeance mais se figea aussitôt. Pourquoi seulement trois hommes ?
    Elle fit volte face, prête à courir comme une dérater mais il était déjà trop tard. Le quatrième homme l'avait débusqué et il plaqua une main contre sa bouche, l'empêchant de crier et donc de signaler sa position à Râ-Akhty. Comme si ça ne suffisait pas elle se vit administrer un coup sur la tête - d'une violence peu commune- qui l'envoya momentanément au pays des songes...
    ... l'espace de quelques secondes seulement. Son pouvoir de guérison prit le dessus et la ranima presque aussitôt. Un si court laps de temps avait pourtant suffit aux apôtres pour la bâillonner et l'adosser à un arbre. Feignant d'être toujours dans les vapes - ce qui aurait dû être le cas- elle choisit d'attendre le moment propice à l'action. Laissant sa tête tomber mollement sur son buste elle pu ainsi couvrir sa tempe de ses cheveux, dissimulant l'ecchymose ensanglanté qui n’existait plus. En effet, hors de question que ces fous furieux soient témoins de sa capacité de régénérescence.
    Akhtai entendit les hommes parler entre eux, décidant d'attendre son réveil pour l'interroger. Si elle "l'"avait vu - sans doute Râ-Akhty- ils la forceraient à les conduire à lui. Si elle ne savait rien elle irait nourrir les asticots...
    "Charmants personnages", songea-t-elle. Et comme elle ne se sentait l'âme ni d'une cafteuse, ni d'un engrais, elle ouvrit discrètement un œil, repéra son bâton, et releva brusquement la tête, chargeant vers son arme. L'apôtre à côté d'elle sursauta violemment au point qu'il en lâche la corde - sans doute destinée à la ficeler à l'arbre- lui donnant l’opportunité de se saisir de son bâton. Réagissant aussi vite que la stupeur le leur permit, les trois autres se mirent en garde, la menaçant de leurs armes aiguisées.


    - Tu n'es pas de taille, cracha l'un d'entre eux. Rends-toi gentiment et si tu as des informations intéressantes tu pourras peut-être partir d'ici en vie... ajouta-t-il d'un ton mielleux qui n'augurait rien de bon.

    Akhtai n'avait reçu pour seule formation au combat que l'enseignement de son oncle. Et ils n'avaient pas encore abordés la question épineuse du combat version "seule contre tous". Elle n'était pas de taille, pas à quatre contre une, acier contre bois. Elle se demanda si elle pouvait les battre au sprint... sûrement elle était plus légère et connaissait cette forêt. D'un autre côté cela reviendrait à attirer ces brutes vers son village et ça c'était hors de question. Un éclat de rire cela sa décision.

    - Que crois-tu pouvoir faire avec ton petit bâton ?
    , se moqua un second apôtre, le plus proche d'elle.

    Vexée, Akhtai réagit impulsivement. D’un geste vif elle saisit son bâton à sa plus basse extrémité et lui fit décrire une courbe harmonieuse en pivota du bassin et des épaules. Un arc de cercle mortelle, aussi inattendu qu'imparable, dont la vitesse s'accrue à mesure que le bois durcissait et s’alourdissait. L’impacte fut terrible. Le son écœurant. Rien à voir avec du bois heurtant la chair. C’était le plus dur acier qui fracassait un crâne. La première fois que la jeune fille avait découvert qu’elle était capable de cela elle avait bien failli tuer son oncle à l’entraînement. Il ne devait qu’à ses pouvoirs de guérison d’être encore de ce monde. Et ce gars là n’aurait pas droit à ses soins… qu’il aille saluer les dieux !
    Elle arracha son bâillon. Et consciente que ce serait là probablement ses dernières paroles, elle leur enjoignit toute la hargne dont elle était capable, témoignant bien plus d’assurance qu’elle n’en avait :


    - Voilà ce qu’il te fait mon bâton ! Au suivant !

    Grognant de rage, les trois apôtres restant passèrent à l’attaque… en même temps. Akhtai adressa un adieu muet au reste de sa famille et jura intérieurement que si par miracle elle survivait, elle ne se lèverait plus jamais au beau milieu de la nuit sans en avertir son oncle. Forte de cette bonne résolution, elle brandit son bâton et se jeta dans la mêlée en hurlant, tant pour signaler sa position à d’éventuels renforts que pour exorciser sa peur…
    avatar
    Assiout d'Abidos Râ-Akhty
    Demi-dieu

    Messages : 30
    Date d'inscription : 10/12/2010
    Age : 28
    Localisation : Temple d'Anubis

    Papyrus
    Métier: Guerrier(ère)
    Niveau:
    3/20  (3/20)
    Magie:
    1/15  (1/15)

    Re: Si loin et toujours si près... [Libre]

    Message par Assiout d'Abidos Râ-Akhty le Lun 5 Sep - 21:01

    ........Dans sa "panique" ou plutôt rage soudaine de vouloir porter secoure à la jeune femme qui allait l'aidé, il bondit aussi vite que lui permette ses jambes encore engourdit par son sommeil dévalant le labyrinthe forestier. Il "sentait" le danger, il ne réalisait pas encore dans la précipitation mais l'unique raison de cette sensation était du à un seul homme. Arrivant au lieu de cette présence, et toujours hors de vision des protagonistes de cette scène il en profite pour se placer et débuter une brève incantation...

    > I call opon the ancient stars and pray to release the day of judgment! Time to return to life, instrument of gods: The Lyre!

    ........Un petit sceau émane autour d'Assiout et s'élève jusqu'à sa taille d'où des runes s'illumine ainsi qu'un cadrant représentant les phases du soleil et de la lune. Une lyre apparait dans une volute de poussière d'étoile entre les main d'Assiout. Il semble que le cadrant soit régler sur le premier quartier de cercle de base. Il avance, enveloppé de sa capuche de serviteur de Râ et remarque le cadavre du garde sur le sol alors qu'il commençait à jouer quelques notes d'une Aude. Il en était sur, c'était un garde du temple cacher! Ils étaient arrivés jusqu'ici! Impossible! Il devait s'en débarrasser au plus vite! Il poursuit alors les notes...

    > Écoutez-donc l'Aude de l'Aube, là ou l'homme nait...


    ........Le son de la Lyre rappelait étrangement l'Aube, et était un magnifique prologue mais là n'était pas le but. La cible du champs était les gardes et le champ les privaient partiellement de bouger... Juste partiellement... Les effets de la Lyre sont plus ou moins décupler en fonction du moment de la journée. Les effets de l'Aube reste perceptible car l'Aube vient après la nuit... Mais ensuite vient l'Aude du Soleil... Malgré un son magnifique, Assiout se doit de se déplacer car les effets de l'Aude du Soleil sont hélasse nulifié durant la nuit. Le cadrant du sceau passe sur le soleil (jour). Elle était là, Akhtai et elle semblait savoir se défendre. Au moins il avait pas trop besoin de s'occuper d'elle. L'Aude du Soleil est assez long et pour un morceau obligatoire dans la mélodie, c'est dur de tenir alors qu'il doit également esquivé les épées et les lances des gardes. L'Aude suivant arrive avec ses première note, celle du Crépuscule ou on pouvait voir les garde suée comme des cochons par l'intense maux de tête provoqué par la mélodie. Au moins, maintenant ils avaient d'avantage de mal à venir l'attaquer. Encore une Aude avant la fin de se combat... L'Aude du Crépuscule est relativement courte et beaucoup de rune se sont mise à luire sur son sceau. Encore quelques unes, quelques pistes à jouer avec l'Aude à la Lune... Cette Aude donnait une expérience de la mort elle-même. Les gardes avaient l'impression de mourir d'une crise cardiaque alors que les dernières notes vibraient sur les cordes. Un des gardes s'approche alors et déstabilise Assiout en ne prononçant que sont nom...

    > Assiout!

    ........Certes, il était encore mélanger à une voix de douleurs quelques secondes avant que le serviteur de Râ ne s'arrête car il avait reconnu la voie... Il s'agissait d'Achmir. Le garde avec lequel il avait un lien particulier... Il ne pouvait pas conclure la mélodie, impossible! L'Aude finale aurait eu raison de ses adversaires et il ne voulait pas le perdre. Pas lui... L'Aude final: l'Aude à la Lyre brisant à chaque versé un sens puis conduit à la mort lorsque les autres Audes ont été joué et que le cercle des runes est complet. Il n'allait pas jouer cette dernière note et il n'avait rien d'autre dans la tête que lui, Achmir. Il n'avait pas prévu ce qui fit exploser le cran d'Achmir et recouvrir ses vêtements d'un blanc immaculée d'un rouge pourpre. Son regard, ses yeux grands ouvert comme si on venait de lui voler quelque chose de précieux... La lyre est lâché par son porteur, le sceau s'estompe rapidement et elle rebondit sur le sol avant de ne disparaitre comme elle était venu et qu'elle ne rejoigne les étoiles.


    __________________________________________________
    .. "I am the bone of my soul, even Anubis can't pass through my mind!"
    .. "Come to me Undead Knights, legion of Anubis!"

    .
    avatar
    Akhtai

    Messages : 18
    Date d'inscription : 22/12/2010
    Age : 27

    Re: Si loin et toujours si près... [Libre]

    Message par Akhtai le Mer 12 Oct - 13:43

    Le combat à peine engagé, Râ-Akhty arriva en renfort. Akhtai ne savait pas si c'était un point positif ou négatif. Positif parce qu'un second combattant augmentait ses chances de survie, négatif parce qu'au train où allaient les choses elle n'était pas certaine qu'il ne soit pas lui aussi un ennemi. L'instinct de survie l'emporta et elle décida que pour l'heure c'est une bonne chose.
    ... C'est là qu'il se mit à jouer de la lyre. Oui, en plein combat, l'homme aux yeux rouge trouvait judicieux de leur jouer un petit air. Éberluée elle failli lui hurler d'un ton cynique une phrase du genre : "Hey ! Tu trouves vraiment le moment opportun pour ce genre d'activité musical ?", mais elle vit le ralentissement s'opérer sur les agresseurs. Passant d'agacée à admirative, elle se laissa surprendre par un coup de lance qui lui entailla la joue. Le sang gicla puis la plaie se referma jusqu'à lisser parfaitement la peau. Abasourdi, l'apôtre - d'Anubis, elle pouvait enfin le constater- garda son air débile quand Akhtai lui adressa un clin d’œil amusé avant de lui asséner un violent coup de bâton sur la tête. De quoi l’assommer quelques heures. Elle ne voulait pas tuer, elle respectait trop la vie pour ça et à vrai dire le fait d'avoir fait passer le premier garde de vie à trépas la rendait vaseuse de mauvaise conscience. Elle n'aurait pas dû s'emporter, de trop fortes émotions activaient son pouvoir de façon aussi aléatoire qu'imprévisible et le résultat était rarement bon. Le combat, bien que plus lent, se poursuivit, le sang coula et des ecchymoses bleutés fleurirent. L'un pour Akhtai, les autres pour les hommes.
    Ce devait être un peu frustrant d'embrocher la chair et de la voir se reformer aussi sec. Pour Akhtai c'était surtout épuisant de perdre du sang et de parer les coups...

    Au bord de l'épuisement elle commençait à flancher, quand l'effet de la musique atteint un nouveau stade. Les apôtres d'Anubis semblait proche de la mort, leur visage se crispant de douleur. C'est là qu'un des leur s'adressa à Râ-Akhty.



    > Assiout!

    Akhtai eut le mauvais réflexe de se tourner pour voir et une lame lui mordit le visage en diagonale, manquant de lui arracher le nez et l’œil droit. C'était ridicule, le coup était à la fois lent et maladroit, le dernier assaut d'un mourant. Elle poussa du pied l'agonisant et se fraya un chemin ver Râ-Akhty qui avait une drôle de réaction face à l'homme et dont la lyre rejoignait les étoiles.

    * ?? Oo mais ne t'arrête pas voyons ça fonctionne bien ! *

    Comme pour confirmer ses pensées, l'agonisant de tout à l'heure reprit du poil de la bête et chargea dans sa direction. Akhtai voulu l'esquiver mais il lui passa devant sans s'en occuper et se précipita vers Râ-Akhty. De toute évidence quelque chose n'allait pas mais, aveuglée par le sang qui lui souillait les yeux, Akhtai mit un moment à comprendre le problème.
    Elle chassa le liquide poisseux de son visage d'un revers de la main, vérifia que les autres apôtres ne se relèveraient pas de si tôt, et prit enfin le temps d'analyser la situation. Râ-Akhty était recouvert de sang. Elle eut le réflexe d'aller le soigner mais elle remarqua qu'à part son air choqué il ne semblait pas souffrir. Autre chose de bizarre, l'apôtre toujours en vie semblait en proie à une colère noire mêlée de peur, ses yeux allant de la forme étendue par terre à Râ-Akhty. Déconcertée, Akhtai remarqua alors que l'apôtre étendu aux pieds de l'homme aux yeux rouge gisait dans une flaque écarlate qui coulait de sa poitrine. On aurait dit que son cœur avait littéralement explosé, éclaboussant les alentours d'une pluie rouge. Bien qu'accoutumée aux blessures en tout genre, Akhtai grimaça. Cette fois elle ne songea même pas à tenter quoi que ce soit pour le guérir, elle ne pouvait ramener les morts à la vie. Cette constatation lui fit se poser une question. qu'est-ce qui avait bien pu causer pareil carnage ?


    - Comment son cœur a p...

    Le dernier apôtre encore debout ne lui laissa pas le loisir de terminer sa phrase. Toujours sous le choque, il tentait de recouvrir ses esprits en se focalisant sur sa mission : Râ-Akhty. Il s'adressa d'ailleurs à lui d'une voix où pesait une autorité mal assurée :

    - Assiout tu vas me suivre !


    Bizarrement l'évènement semblait avoir instaurer un cessez le feu aussi provisoire que fragile. De son côté Akhtai ne comprenait plus rien. Elle se fichait éperdument de l'apôtre en vie, son soucis à elle, était que quelqu'un ou quelque chose avait fait exploser un cœur humain. Et que quoi ou qui que ce fut il ne pouvait être bien loin.

    - HEY ! Cet homme s'est littéralement fait exploser le cœur ! Comment-c'est-possible ?, articula-t-elle ne accentuant bien les derniers mots. Et si au passage on pouvait m'expliquer ce qui se passe ça ne serait pas de refus TT

    Contenu sponsorisé

    Re: Si loin et toujours si près... [Libre]

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Jeu 19 Juil - 1:58