Vie Quotidienne des Egyptiens dans l'Antiquité

    Partagez
    avatar
    La Suprêmatie
    Admin

    Messages : 33
    Date d'inscription : 28/03/2010

    Vie Quotidienne des Egyptiens dans l'Antiquité

    Message par La Suprêmatie le Ven 10 Déc - 1:43

    La vie quotidienne des égyptiens

    Ces textes seront pour ceux qui ne savent pas à quoi ressemblait la vie de leur personnage en Egypte antique.


    L'hygiène corporelle dans l'Égypte antique

    Les égyptiens portaient une très grande importance à l’hygiène.
    Ils se lavaient plusieurs fois par jour, les pauvres dans le Nil, les plus riches eux avaient dans leur habitation une baignoire.
    Chaque jour, ils se lavaient en se levant le matin et après chaque repas.

    Les produits employés étaient variés :
    Pour laver la peau, on préparait des « savons » avec du natron, de la crème constituée de graisse végétale ou animale mélangée à de la craie ou du calcaire ;
    Pour assouplir la peau le corps était enduit avec des huiles aromatiques qui protégeait aussi contre les insectes.
    Contre les mauvaises odeurs on se frictionnait avec des produits contenant des substances aromatiques
    Les cheveux étaient lavés et parfumés quelquefois ils étaient éclaircis au henné.
    Après la toilette hommes et femmes avaient recours aux manucures et aux pédicures .
    Les hommes ont en plus recours au barbier, pendant que leurs épouses ont recours aux coiffeurs.
    Le seul moment où les hommes ne se rasent pas est lorsqu’un deuil survient dans la famille. Pour marquer leur chagrin les hommes ne se rasent pas.

    Les coiffures :

    Les enfants ont le crane rasé à l’exception d’une mèche de cheveux qui sera coupé lors d’une cérémonie marquant le passage à l’age adulte.
    Les egyptiens avaient souvent recours à des perruquiers, les perruques sont fabriquées pour les pauvres en laine, mais pour les gens aisés elles sont fabriquées en vrai cheveux qui sont collés à la cire d’abeille ou à la résine.


    __________________________________________________
    « La porte du bonheur est
    la possession d’un trésor,
    la voie qui mène au trésor
    est la peine qu’on y prend. »
    avatar
    La Suprêmatie
    Admin

    Messages : 33
    Date d'inscription : 28/03/2010

    Re: Vie Quotidienne des Egyptiens dans l'Antiquité

    Message par La Suprêmatie le Ven 10 Déc - 1:44

    Les enfants en Egypte Antique

    En Egypte, avoir des enfants était une bénédiction des Dieux, ne lit-on pas dans les sagesses d’Any qu’il faut se marier tôt et avoir beaucoup d’enfants.
    Le rôle d’un enfant et de faire vivre le nom de son père, son devoir est de laisser 100 inscriptions qui rappelle celui-ci, de l’inhumer, de veiller à l’entretien de sa tombe.

    Le nom des enfants est choisi dès sa naissance, soit par les prêtres en fonction de son horoscope ou par les parents. Les prénomspeuvent être très court, une syllabe, ou au contraire constituer une phrase entière ex Djed Ptah Iouf Ankh : Ptah dit qu’il vivra. Le nom des enfants peut être aussi un nom commun Nekhti le fort, Nefer, le parfait.
    Ou bien les parents peuvent choisir de mettre l’enfant sous la protection d’un Dieu en particulier, par exemple, les parents veulent placer l’enfant sous la protection du Dieu Hor ils appelleront leur enfant Hori , si Amon est le Dieu ce sera Ameni.

    Le taux de mortalité est très élevé, quelque soit le milieu social.

    La vie des enfants n’était pas la même suivant leurs origine. Ceux issus de famille riche sont nourries par des nourrices et vont à l’école dès 4 ans, le reste de leur temps ils le passent à jouer. Pour leur entrée à l’école on fournit au garçon un pagne et une ceinture, aux filles une robe.

    Pour les enfants issus de familles d’artisans, la vie n’est pas la même. Les 4 premières années de leur vie ils restent avec leur mère qui les nourrit au sein, ils vivent nus. Ensuite ils seront nourris de tiges de papyrus et de racines crues ou bouillies.
    A partir de 4 ans , pour eux c’est le début du travail , en principe les garçon vont aider leur père, au début ils n’effectuent que des petits travaux qui deviendront de plus en plus difficiles au fur et à mesure de leur croissance.
    Les filles apprennent très tôt à tisser, préparer les huiles, tresser les paniers.
    Les enfants pauvres n’ont pas beaucoup de place pour les jeux, cependant ils partagent les fêtes avec les adultes.


    __________________________________________________
    « La porte du bonheur est
    la possession d’un trésor,
    la voie qui mène au trésor
    est la peine qu’on y prend. »
    avatar
    La Suprêmatie
    Admin

    Messages : 33
    Date d'inscription : 28/03/2010

    Re: Vie Quotidienne des Egyptiens dans l'Antiquité

    Message par La Suprêmatie le Ven 10 Déc - 1:44

    La place de la femme.

    Introduction

    La place faite à la femme par les Égyptiens de l'Antiquité peut paraître surprenante de « modernité » et contribue à faire de cette civilisation une civilisation équilibrée.

    La femme est l'égale de l'homme

    Dans l'état actuel de nos connaissances, il semble que la femme égyptienne est l'égale de l'homme au regard de la loi. C'est ainsi qu'elle peut gérer son propre patrimoine, ou même se trouver à la tête d'une « entreprise ». En se mariant, la femme égyptienne garde son nom ; cela est d'autant plus naturel que le mariage semble ne pas se traduire par une manifestation administrative, ni par une manifestation religieuse. Le mariage d’alors concrétise simplement la volonté d'un homme et d'une femme de vivre ensemble, ce qui n'empêche pas l'existence éventuelle d'un contrat de mariage au plan matériel. L'homme doit garantir le bien-être de son épouse, y compris au plan matériel. Le divorce intervient sur l'initiative de l'un ou de l'autre ; si l'initiative émane du mari, il devra céder une partie des biens à son épouse ; si c'est la femme qui prend l'initiative, elle est tenue à la même obligation mais dans une moindre mesure. Le recours au tribunal est possible en cas de contestation entre époux.

    Le grand hymne à Isis (papyrus d'Oxyrhinchos, IIème siècle avant JC) traduit cette égalité de la femme et de l'homme, s'adressant à la déesse « honneur du sexe féminin »: « c'est toi la maîtresse de la terre (...) tu as rendu le pouvoir des femmes égal à celui des hommes ! ».

    Des femmes jouent un rôle officiel de tout premier plan

    Rares sont les civilisations antiques où la femme pouvait atteindre des postes sociaux importants. Dans l'Égypte antique, non seulement les exemples de femmes haut-fonctionnaires ne sont pas si rares, mais plus étonnant encore (pour l'époque), on retrouve des femmes à la fonction suprême, celle de pharaon. Plus qu'un féminisme, il faut sûrement y voir une marque de l'importance de la théocratie dans la société égyptienne. Ainsi, les Égyptiens préféraient être gouvernés par une femme de sang royal (donc divin selon la mythologie) plutôt que par un homme qui ne le serait pas. Ainsi, lors des crises de succession, il arriva que des femmes prennent le pouvoir. À signaler que dans pareil cas, la pharaonne prenait tous les symboles masculins. À tel point, qu'il existe des doutes sur le sexe de certains pharaons qui pourraient en fait être des femmes.

    Parmi les femmes pharaons les plus certaines et les plus connues on peut citer :

    Nitokris (VIe dynastie),
    Néférousébek (XIIe dynastie),
    Hatchepsout (XVIIIe dynastie),
    Ankhetkhépérourê,
    Taousert (XIXe dynastie).

    Pour les femmes haut-fonctionnaires, on peut citer Nébet, une vizir de la VIe dynastie.

    On citera aussi les divines adoratrices du dieu Amon (environ 1 000 à 500 av. JC), dotées d'un pouvoir spirituel majeur mais aussi d'un pouvoir temporel à Thèbes.

    Certes, la littérature égyptienne n'hésite pas à présenter la femme comme frivole, capricieuse, peu fiable (cf. infra). Mais au-delà de cette anecdote, les femmes égyptiennes bénéficient d'une situation qu'on ne retrouve qu'en peu de sociétés.

    La femme dans la littérature

    Si les peintres et les sculpteurs donnent de la femme une image sereine dans le cadre d'une famille épanouie, les écrivains ne sont pas tendres et ils font apparaître la femme comme étant à l'origine de bien des malheurs et coupable de bien des péchés (faut-il y voir une forme du mythe d'Eve et de la pomme ?).

    Ainsi, cité par Maspero dans Contes populaires, en va t'il de la mésaventure fatale de Bytaou, modeste valet de ferme chez son frère Anoupou ; séduit par la femme de celui-ci, il cède au charme de la belle... qui n'hésite pas ensuite à le dénoncer à Anoupou ; la perfide n'aura de cesse d'obtenir d'Anoupou le châtiment suprême du pauvre Bytaou ! Mais elle fut punie à son tour : Anoupou comprenant, trop tard, qu'il a été le jouet de sa femme, la tue et jette son corps aux chiens.

    Gardons-nous bien d'une interprétation erronée : la description peu flatteuse de la femme dans la littérature égyptienne ne signifie en rien qu'elle est méprisée : le pharaon « bénéficie » souvent du même traitement par les conteurs qui le présentent comme borné et fantasque !

    Pour terminer sur une touche tendre, on citera un extrait d'un papyrus du musée de Leyde : « Je t'ai pris pour femme lorsque j'étais un jeune homme. J'ai été avec toi. Puis j'ai conquis tous les grades, mais je ne t'ai pas abandonnée. Je n'ai pas fait souffrir ton cœur. Voilà ce que j'ai fait lorsque j'ai été jeune homme et quand j'exerçais toutes les hautes fonctions de Pharaon, Vie, Santé, Force, je ne t'ai pas abandonnée, disant au contraire « Que cela soit avec toi ! » [...] Mes parfums, les gâteaux avec les vêtements, je ne les ai pas fait porter vers une autre demeure. [...] Quand tu es tombée malade, j'ai fait venir un officier de santé qui fit le nécessaire. [...] Quand j'ai rejoint Memphis, je demandai un congé à Pharaon, j'allai à l'endroit où tu demeurais (son tombeau) et je pleurais beaucoup. [...]. Je ne vais pas entrer dans une autre maison. [...] Or, voici les sœurs qui sont dans la maison, je ne suis allé chez aucune d'elles. », cité par Pierre Montet dans La vie quotidienne en Égypte au temps des Ramsès, Hachette 1946.

    Image divine

    Il existe de très nombreuses déesses dans la mythologie égyptienne. Étudier leurs symboles nous renseigne sur l'image qu'avait la femme aux yeux des Égyptiens de l'Antiquité.


    __________________________________________________
    « La porte du bonheur est
    la possession d’un trésor,
    la voie qui mène au trésor
    est la peine qu’on y prend. »
    avatar
    La Suprêmatie
    Admin

    Messages : 33
    Date d'inscription : 28/03/2010

    Re: Vie Quotidienne des Egyptiens dans l'Antiquité

    Message par La Suprêmatie le Ven 10 Déc - 1:44

    L'alimentation dans l'Égypte antique

    Ecrit par Martin KURT

    Introduction

    Grâce aux textes gravés sur les parois des temples et des tombeaux ou sous forme de restes d'offrande matérielle, les Égyptiens de l'Antiquité ont laissé de nombreux témoignages de leur mode d'alimentation.
    Les aliments de base des Égyptiens de l’antiquité étaient le pain et la bière fabriqués à partir de l'orge et de l'amidonnier. On a retrouvé près d'une vingtaine de sortes de pains de forme et de composition diverses. Le régime alimentaire égyptien était complété par du poisson, de la viande (ordinairement mouton, et porc, volaille et bœuf pour les grandes occasions), des fruits (dattes, figues, grenades, melons et raisins) et des légumes (ail, chou, concombre, fève, laitue, lentille, oignon, poireau, petit pois et radis). Enfin, le miel, produit dans des ruches de terre, entrait dans la composition des desserts et de nombreux remèdes.

    Ecrit par Myriam

    Complément d'informations

    Le Pain


    On a répertorié 19 variétés de pains, de formes différentes. Ils sont fabriqués soit par les serviteurs, les boulangers ou la maitresse de maison. Ils sont aromatisés avec différentes épices ou farcis de bouillis de légumes.
    Le pain est aussi une offrande très courantes pour les Dieux.
    La fabrication du pain incombe souvent aux femmes qui broient le grain, tamisent la farine et font la pâte avec la levure, du lait et des épices et du sel.

    La Bière

    La bierre était fabriquée avec de l’orge : on faisait une pate que l’on versait dans un moule afin d’en faire dorer la croute, l’intérieur devait rester cru ; On disposait ces pains dans un liquide sucré, quelquefois aromatisée avec des dattes et des épices ;
    Cette préparation était piétinée et après fermentation et filtration versée dans des jarres fermées avec un bouchon fait de paille et d’argile humide.


    Les fruits et légumes


    Les principaux légumes sont les fèves, les oignons les lentilles mais aussi les melons et les concombres.
    Les principaux fruits sont les dattes, les figues, les grenades, les noix et le raisin dont on fait aussi le vin pour les gens aisés, après avoir pressé le raisin et laisser fermenté il était conservé dans des jarres ou est mentionné la provenance, la date, le nom du propriétaire sur les scellés. Les égyptiens y ajoutaient du miel ou des aromates.

    La viande était plus occasionnelle et servait surtout lors des banquets, pour la conserver la viande était séchées et /ou fumées .
    Le poisson était plus courant en Egypte on le consommait soit frais soit séché en vu d’être conservé

    D’autres ingrédients étaient connus comme l’ail, le céleri, la menthe, le cumin, le coriandre, il semble que ces ingrédients aient servit dans les recettes de cuisine.


    __________________________________________________
    « La porte du bonheur est
    la possession d’un trésor,
    la voie qui mène au trésor
    est la peine qu’on y prend. »
    avatar
    La Suprêmatie
    Admin

    Messages : 33
    Date d'inscription : 28/03/2010

    Re: Vie Quotidienne des Egyptiens dans l'Antiquité

    Message par La Suprêmatie le Ven 10 Déc - 1:45

    L'habitat des Egyptiens de l'Antiquité

    La société égyptienne antique était très hiérarchisée socialement, et l'habitat des égyptiens de l'antiquité variait selon leur position sociale.

    En bas de l'échelle sociale, les paysans vivaient dans des maisons construites à base de murs de briques crues, organisées autour de colonnes de roseaux liées, ce qui peut nous évoquer les ultérieures maisons à colombages. Si les briques, fabriquées à base de boue séchée, sont potentiellement fragiles, la sécheresse du climat égyptien fait que ces maisons en torchis sont durables.

    Les artisans, quant à eux, disposaient de maisons semblables, construites en briques crues, mais certains construisaient leurs maisons sur deux niveaux. Les notables, quant à eux, vivaient dans des maisons à deux étages, avec au rez de chaussée les salles de vie et les salles techniques (réception, approvisionnement, …) et à l'étage, les salles plus intimes : chambres, salles de bains, …

    Enfin, au sommet de la hiérarchie sociale, les rois vivaient dans des palais royaux qui sont de véritables de villes, comportant des résidences pour la famille Royale, un temple, une caserne, … et même une maison de la bière pour les ouvriers, les artisans, …


    __________________________________________________
    « La porte du bonheur est
    la possession d’un trésor,
    la voie qui mène au trésor
    est la peine qu’on y prend. »
    avatar
    La Suprêmatie
    Admin

    Messages : 33
    Date d'inscription : 28/03/2010

    Re: Vie Quotidienne des Egyptiens dans l'Antiquité

    Message par La Suprêmatie le Ven 10 Déc - 1:45

    L'année Egyptienne

    L’année egyptienne à l’époque pharaonique se compose de 365 jours divisée en 12 mois de 30 jours plus 5 jours appelés épagomènes.

    Ces mois sont divisés en saisons :

    Akhet ( l'innondation et les semailles ) :

    Thot du 19/07 au 17/08
    Paophi du 18/08 au 16/09
    Athyr du 17/09 au 16/10
    Choiak du 17/10 au 15/11

    Peret ( la germination ) :

    Tybi du 16/11 au 15/12
    Mechir du 16/12 au 14/01
    Pamenoth du 15/01 au 13/02
    Pharmouti tu 14/02 au 05/03

    Chemou ( les moissons ) :

    Pakhons du 16/03 au 14/04
    Payni du 15/04 au 14/05
    Epiphi du 15/05 au 13/06
    Mesore du 14/06 au 13/07

    Les 5 jours épagomènes sont des jours de fête, et permettent d'ajouter 5 jours pour faire une année des 365 jours.

    Le 14/07 naissance d’ Osiris
    Le 15/07 naissance d’Horus
    Le 16/07 naissance de Seth
    Le 17/07 naissance d’Isis
    Le 18/07 naissance de Nephtys

    ( Astrologie )

    Sources : http://www.legypteantique.com/vie-quotidienne.php


    __________________________________________________
    « La porte du bonheur est
    la possession d’un trésor,
    la voie qui mène au trésor
    est la peine qu’on y prend. »

    Contenu sponsorisé

    Re: Vie Quotidienne des Egyptiens dans l'Antiquité

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Jeu 19 Juil - 1:55